Lycée Professionnel JP CHAMPO
Site de l'académie de Bordeaux

Accueil > Animations et Actualités 2017 - 2018 > L’espadrille ouvre de nouveaux horizons

L’espadrille ouvre de nouveaux horizons

mercredi 31 janvier 2018 par Gérard HERNANDEZ

Mme Teulon, Professeur de Lettres Histoire, a réalisé pour ses élèves une présentation historique et économique du secteur de l’espadrille, qui a fait de longues années durant la renommée (y compris internationale !) de Mauléon Soule. L’exposition a été présentée au Centre de Documentation et d’Information du lycée. Hugo et Pierre nous font part de leurs découvertes.

Comment fabriquer une espadrille

L’espadrille est principalement fabriquée à Mauléon Licharre. C’est une chaussure en tissu avec une semelle de cordelettes tressées.

L’espadrille commence par la confection, à la main, de la semelle. L’ouvrier enroule la corde en fonction du moule de la pointure de la chaussure. Elle est parfois entourée d’un ruban de tissu de la couleur de l’espadrille.
Ensuite, une machine à coudre la semelle va entrer en action. Elle a été conçue à Mauléon juste pour l’espadrille.
Une fois la semelle cousue, vient l’étape de la fabrication du « dessous » : une semelle en caoutchouc. Ce sont de grandes plaques découpées par un marteau-pilon qui vient frapper contre un emporte-pièces. Une fois le caoutchouc coupé, on vient le placer avec la semelle en cordelette dans un moule chauffé à environ 120°C.
Ce mode de fabrication vaut pour les espadrilles de la taille 22 à 35. Les plus grandes viennent du Bangladesh car cela coûte moins cher. De plus, il manque des ouvriers qualifiées pour cette réalisation.

Une fois toutes ces étapes finies, des ouvriers s’occupent (grâce à des patrons) de la découpe du tissu. Les couturières collent le toile contre la semelle pour bien former le tissu qui sera ensuite cousu sur la semelle.

L’espadrille est ensuite vérifiée. Elle est alors prête à être vendue !

Un record a été battu à Mauléon : La plus grande espadrille du monde y a été fabriquée par l’entreprise Armaïte. Elle mesure 2 mètres pour une pointure équivalent à du 300. Cette entreprise a également demandé un label pour certifier le savoir-faire et avoir une reconnaissance.

Hugo DUPEY

Visite à l’usine Armaïte

Avant la sortie avec le lycée le 13 novembre 2017 ; nous avons travaillé sur l’histoire de la fabrication de l’espadrille à Mauléon.
Nous avons donc appris quelles étaient les conditions de travail des ouvriers autrefois. Nous avons également pris connaissance de la fabrication de la chaussure Pataugas toujours à Mauléon.

Avec les cours sur ce sujets et quelques connaissances, nous nous sommes rendus à l’usine Armaïté à Idaux-Mendy (village juste à côté de Mauléon). La patronne et sa fille nous ont accueillis. Elles nous ont présenté en premier la fabrication des semelles. J’ai remarqué que la façon de fabriquer les semelles est faite avec des machines. Elles nous ont aussi expliqué que certaines semelles étaient fabriquées au Bangladesh et qu’elles arrivaient toutes prêtes à l’usine d’Idaux.

Puis nous sommes passés dans la deuxième partie de l’atelier qui est basée sur la couture du tissu. Un homme nous a montré comment la toile était coupée. J’ai bien aimé sa façon d’expliquer, c’était très intéressant.
Plus loin, on nous a montré comment était monté le tissu sur la semelle. Pour coller le tout, l’entreprise a conçu une machine qui n’existe nulle part ailleurs.

Enfin, nous sommes allées dans le magasin. Nous avons parlé de leur projet de label qui a été refusé par le conseil municipal de Mauléon. La directrice nous a expliqué que son père avait eu le record de la plus grande espadrille.

J’ai bien aimé aller voir la fabrication en vrai car j’utilise moi-même des espadrilles. De plus c’était la première fois que je rentrais dans une usine. C’était très intéressant.

ETCHEBERRY Pierre


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Professionnel JP CHAMPO (Académie de Bordeaux)